Connaitre L’Algérie     Patrimoine mondial de l’Algérie
 Patrimoine mondial de l’Algérie

Casbah d'Alger (1992)

La casbah a été Classée patrimoine mondial en 1992 par l'UNESCO 

L'antique Alger fut construite sur la bande étroite qui fait face aux quatre grandes îles qui étaient utilisées pour accueillir les vaisseaux phéniciens ces derniers avaient fait de la région une enclave commerciale qu'ils appelaient Icosium et c'est cette ville que les Romains étendirent et urbanisèrent jusqu'à Bab-el-Oued et Bab Azzoune. elle devint par la suite un comptoir latin à l'èpoque de l'empereur Vespasien, puis elle fut conquise en 372 par Anfirmos, le Prince des Berbères. mais il la restitua par la suite et elle devint alors le siège de l'évêque Victor;plus tard elle fut anéantie à l'époque des Vandales et toute sa population fut exterminée dans la guerre de 480-483. Le site d'Icosium demeura désert jusqu'à la fin du 10ème siècle.
Sur l'ordre de Ziri Ben Menad, Bouloughine reconstruisit et urbanisa de nouveau Alger, puis il l'entoura d'une muraille et fonda la Casbah inférieure ou Casbah de Sidi Ramdane (fort de Sidi Ramdane).

 

Djemila (1982)

Djemila a été Classée patrimoine mondial en 1982 par l'UNESCO 

Ville romaine située sur les hautes plaines de Sétif, entre l'Atlas littoral et l'Aurès, elle abritait près de 10 000 habitants. Connue pour ces terres fertiles et pour le climat favorable à l'élevage, la ville s'agrandit au fur et à mesure de sa prospérité croissante. C'est sous le règne de Nerva en 96-98 de notre ère que furent crées les premières villes Sitifis (Sétif) et Cuicul (Djemila). Djemila fut surtout une colonie de vétérans, colonie appelée " Nervienne". Construite tout d'abord à l'intérieur d'une enceinte polygonale elle comporte des rues tracées avec régularité se disposant parallèlement à une grande voie dallée, tandis que d'autres rues transverses se recoupent. La ville comporte aussi en son centre le forum, le capitole, la basilique judiciaire et le marché. Cuicul, aujourd'hui Djemila s'agrandit au 3ème siècle, sous le règne de l'Empereur Caracalla. Au 4éme siècle, la ville se convertit au christianisme et elle se dote d'une basilique chrétienne. La ville échappa aux destructions vandales jusqu'au début du VI siècle. Mais les Byzantins sont de retour en 533. La ville échappait à l'autorité des rois Maures qui contrôlaient le reste de l'Afrique du Nord. Après 553 Cuicul tombe dans l'oubli. Les musulmans ne rebattirent pas la cité et le nom de Djemila est devenu courant.

 

La Qalâa des Béni Hammad (1980)

Qalâa Beni Hammad a été Classée patrimoine mondial en 1980 par l'UNESCO

La Qalâa se trouve sur le versant sud du djebel Mâadid à la limite nord des plaines du Hodna. Dominée au nord par le djebel Takerboust culminant à 1458m, et à l'ouest par le mont Gorayn qui atteint 1190 m d'altitude. A l'est elle est bordée par la vallée verdoyante de l'oued Fredj dont les gorges abruptes constituent un rempart naturel. La seule voie d'accès est un col sinueux qui longe la vallée de l'oued Fredj. Ces caractéristiques donnèrent à ce lieu une valeur  stratégique, habité jadis par les Romains (plusieurs mosaïques romaines ont été retrouvés sur ce site. Celle représentant le triomphe d'Amphitrite est exposée au Musée des Antiquités).
Ce site servit de refuge à Abu Yazid "l'Homme à l'âne" qui se révolta contre les califes Fatimides, mais ce n'est qu'à partir de 1007-1008 que fut fondée par Hammad Ibn Buluggin une ville : la Qalâa capitale des Hammadites. Cette cité fut pendant prés de deux siècles une des plus importantes villes du Maghreb, siège d'une brillante civilisation et centre commercial très fréquenté. Le déclin de la Qalâa commença après l'arrivée des Banu Hilal (1105-1121).


Timgad (1982)

Timgad a été Classée patrimoine mondial en1982 par l'UNESCO

Fondée à 1000 m d'altitude sur le versant nord des Aurès en 100 apr. J.C., par l'empereur Trajan pour des vétérans de la légion, Timgad ancienne Thamugadi était destinée à etre une colonie militaire. La ville, appelée aussi Pompei d'Afrique du Nord, accueillait jusqu'à 15 000 habitants au IIème siècle.
Avec une enceinte carrée et un plan orthogonal commandé par le cardo et le decumanus, les deux voies perpendiculaires qui traversaient la ville, Timgad est un exemple parfait de l'urbanisme de la Rome antique à son apogée. Dètruite au 7éme siecle par les autochtones, Timgad entra dans le monde anonyme des villes ensevelies et ne fut redécouverte qu'en 1881. Avec son arc de triomphe (arc de Trajan), ses thermes publiques, son théatre, sa bibliothèque et son forum, Timgad est la ville Romaine la mieux préservée et la plus vaste en Afrique.

Tipasa (1982)

Tipaza a été Classée patrimoine mondial en 1982 par l'UNESCO

Ancien comptoir punique, Tipaza fut occupée par Rome et devint colonie Romaine au 2ème siècle. Tipaza fut une base stratégique pour la conquête des royaumes Mauritaniens et elle devint, plus tard, un des plus importants bastion chrétien d'Afrique du nord.
Le site comprend un ensemble unique de vestiges phéniciens, romains, paléochrétiens et byzantins, ainsi que des monuments autochtones tels que le mausolée  royal de Mauretanie. Le mausolée de la ville romaine, situé à l'ouest de la ville, fut bâti au 5éme siècle. C'est l'un des sites les plus intéressants de la ville et on y trouve actuellement plusieurs sarcophages. Le forum est bien préservé. C'est l'une des plus anciennes parties du site et c'est de là que proviennent les mosaïques exposées au musée de Tipaza.

Vallée du M'Zab (1982)

La Vallée du M'ZAB a été Classée patrimoine mondial en 1982 par l'UNESCO

La Vallée du M'zab occupe l'axe central qui relie Alger au Sud. Elle couvre près de 275 000 Ha. Les Zanata (fidèles du l'Ibadhisme) conduit par Yakûb B.Aflah descendant des Rostémides, s'installent dans cet région au début du Xème siècle. Ils fondent d'abord un Ksar, Isadratân à Ouargla. Au Début du XI siècle il se transportent dans la Vallée du M'zab et y fondent les cinq Kusur du M'zab : La Pentapole, celle ci se compose de cinq premier ksars:
El-Attaf, la doyenne a été construite en 1010, Son fondateur est Khalifa B. Abhun, elle est bâtie dans un coude de l'ouest M'Zab, son nom signifie "le détour ou le tournant" ; Bou Noura est fondée en 1046, ce Ksar se compose de deux parties séparées par une muraille, chacune dotée d'une mosquée; Ghardaïa: " Grotte de Daia" est fondée vers 1048 sur la rive droite de l'oued M'zab, par les Chaykhs Sulaymn Yahya, Isab Ulwan, et Abou Djumaa; Mélika "la reine", perchée sur son rocher déroule sur son front une couronne de remparts; Béni Isguen est fondée en 1347, au confluent de l'oued N'tissa et l'oued M'zab. A la pentapole s'ajoutent à partir du XVII siècle, deux centres importants Guerrara et Berrian.

Tassili n'Ajjer (1982)

Le Tassili N'Ajjer a été Classée patrimoine mondial en 1982 par l'UNESCO 

Cet étrange paysage lunaire de grand intérêt géologique abrite l'un des plus importants ensembles d'art rupestre préhistorique du monde. Plus de 15 000 dessins et gravures permettent d'y suivre, depuis 6000 av. J.C. jusqu'aux premiers siècles de notre ère, les changements du climat, les migrations de la faune et l'évolution de la vie humaine aux confins du Sahara. Le panorama de formations géologiques présente un intérêt exceptionnel avec ses "forêts de rochers" de grès érodé.
Le Tassili des Ajjer est situé au Sahara central, au Sud-Est de l'Algérie. Il est limité par la frontière libyenne à l'Est, et par celle du Niger au Sud. Le nom "Tassili" signifie plateau en Tamacheq ( langue Berbère) et désigne un immense plateau gréseux de 350 000 Km2 dont l'altitude varie entre 500 et 2200 mètres.
Il comprend 10 000 sites d'art rupestre (peintures et gravures) ou l'on peut observer notamment des girafes, des rhinocéros, des éléphants, des antilopes, soit toute une faune africaine qui reflète l'environnement du Tassili avant l'arrivée du désert.
Le Parc National du Tassili a été créé en 1972 afin de préserver ces œuvres.

Özellik SIRA =
Özellik Tür =

Copyright © 2013 Cezayir Demokratik Halk Cumhuriyeti Büyükelçiliği Ankara

Web: AdaNET